Quand mon travail me pèse…

Depuis quelques temps, je ressens le stress, mes épaules et mes cervicales se crispent. Je ne supporte plus la moindre contrariété, les aléas. Suite à plusieurs jours de congés, la reconnexion à ma réalité de travail a été brutale. J’ai subi ma reprise. Au bout de deux jours je me suis dit « Stop!! » J’ai posé les questions clés.  » Qu’est ce que je met en place pour y remédier ? Quelles actions vais-je pouvoir engager pour ne plus me sentir prisonnière ?  » Mon problème n’est pas plus grand que moi comme le disait Hal Elrod.

Dans un premier temps, j’amplifie mes méditations matinales et mes affirmations positives. Je suis ce que je crée. Je décide donc d’activer ma pensée créatrice dans le sens de la construction et non de la rumination.
J’ai même eu un échange avec ma responsable hiérarchique où j’ai pleuré. Ah libérer les émotions il n’y a rien de tel !! Parfois, exprimer ce qui nous bloque demande beaucoup d’efforts et cela nous remue de l’intérieur. Mais comme dirait Shrek « Vaut mieux que ce soit dehors que dedans! » Je l’admets il utilisait cette formule pour une autre action mais j’avais envie d’une touche d’humour dans cette phase émotion !

Dans un second temps, je me fais du bien. Ce midi j’ai rendez-vous avec un ancien collègue pour déjeuner en plein air. Je me rends à vélo au travail depuis quelques mois. Je renoue avec le plaisir et la liberté dans les transports. La zone de stress disparaît totalement avec un vélo en comparaison avec une voiture. Personnellement je me sens comme un papillon qui vole, qui déploie ses ailes pour découvrir tous les horizons de son choix. C’est cette image de liberté qui m’habite. Juste avec un vélo ! Rendez-vous compte de la puissance !

20180914_121034

photo du parc où j’ai pris mon bol de nature

J’arrive au parc en avance, je profite d’être seule avec moi même pour me nourrir de la nature environnante. Un souffle d’apaisement m’envahit. Je ferme les yeux et je souris. J’assiste à la magie de l’instant présent. Je respire les arbres, je respire le plan d’eau, je respire le vent.

Je déjeune avec une personne qui me fait du bien qui est sur la construction et l’ouverture et je me focus sur ce qui est important pour moi.
Ce que je comprends à cet instant. La situation à laquelle je suis confrontée au travail actuellement, du moins la façon dont je la ressens est une phase temporaire. Les moyens que je vais utiliser pour en sortir et obtenir ce que je désire va me demander des efforts, je pense que ça pourra être douloureux mais le résultat sera à la hauteur de mes attentes. Gagner en sérénité et en fluidité dans les relations, organiser les tâches sans être débordée, rassembler l’équipe. Un vaste programme !

Lorsqu’une situation arrive on ne peut choisir. Elle est là un point c’est tout. La façon dont on la traverse, fait intervenir notre libre arbitre. Je constate que rester dans cet état de stress et de désarroi ne me convient pas. Je pense aussi à mon enfant à ce que je veux lui transmettre. Une maman stressée et désabusée de son métier et traînant des pieds ou une maman qui a envie de donner et qui s’épanouit ? Je choisis l’option 2. Je suis contente d’aller à cet endroit qui va m’offrir une reconnaissance, favoriser des rencontres, m’apporter des expériences, réaliser des challenges.

Ma mission si je l’accepte sera de ne pas réagir. Mais surtout d’agir. Mettre en place des solutions, corriger des erreurs, c’est ce qui me permettra d’avancer. Faire face à des opinions négatives à mon sujet. (Merci les accords toltèques!) Tout ça j’ai décidé de l’accepter pour pouvoir le traverser. Je me sens libérée, je fais face et j’ai confiance.

En observant toutes ses phases et ces changements qui me mènent vers ma vraie nature, je ressens de la gratitude. Je sens que je progresse. Je remets mon ego à la place qu’il mérite, je me dépasse. Je me connais un peu plus chaque jour.

Et vous, comment vous sentez-vous au travail? Avez-vous songé à cette introspection? Que transmettez vous a vos collègues à votre entourage?
Je me permets de répéter une phrase ô combien célèbre et inspirante de Gandhi « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde  »
Soyez VOUS même avec vos forces et vos faiblesses apprenez à vous dépasser et ne pas incriminer le reste de la planète.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s