Le matin c’est vachement bien !

accurate alarm alarm clock analogue
Photo by Aphiwat chuangchoem on Pexels.com
Je n’ai pas toujours pensé cela. Le matin est devenu un moment très important de ma journée depuis quelques années. J’ai pu remarqué les différents effets bénéfiques sur ma santé physique et mentale à tout point de vue. Je voulais vous en faire part.
Depuis ma grossesse en 2014 suite à un programme que j’ai suivi du Dr Curtay « parcours okinawa » j’effectue des exercices physiques le matin et j inclus de la méditation. La méditation m’est venue suite à la lecture du livre de Christophe ANDRÉ  » Méditer jour après jour.
J’ai donc ce rituel depuis quelques années cela m’a permis de ressentir les bienfaits pour définir les objectifs de ma journée et accueillir tout ce qui arrive de façon construite dans la majorité des cas. Je ne suis pas infaillible il m’arrive parfois de réagir et de céder à l impulsivité. Cependant j’ai pu noter au fur et à mesure de ces années l’efficacité sur mon corps (après ma grossesse je conserve une élasticité de la peau) sur mon état d’esprit (je suis moins dans la réaction et je me positionne dans l’observation avant d’agir).
Plusieurs personnes m’ont complimenté  en me trouvant « Rayonnante ».
Il y a un an j’ai participé à un programme de Roger Lannoy qui consiste à écouter tous les matins pendant 15 minutes un audio qui motive et qui lance des défis à réaliser.  Il donnait une astuce qui consistait à se lever plus tôt pour mieux apprécier sa journée et ne pas se sentir happé par les obligations sans pouvoir en être le décisionnaire.
Jusqu’à ce jour je faisais cela la semaine. En revanche le week-end je traînais au lit en me levant après 9 h 00 selon ce que ma fille m’autorisait (en fonction de l’heure à laquelle elle se levait) je me sentais vaseuse et dépassée car ne pouvant être complètement réveillée et avoir posé mes intentions pour la journée.
Une autre expérience m’a enrichi il y a peu. J’ai eu la chance de découvrir le livre « miracle morning » de Hal Elrod. Un trésor inestimable qui m’a offert la possibilité de comprendre d’autres éléments clés  dans ma vie personnelle et pour mes relations. J’ai donc adapté ce qu’il appelle les « Life savers » en les enrichissant et je l’ai étendu au week-end. Je me lève avant toute la maisonnée et profite d’un silence, d’une ambiance paisible et sereine. Voici ce que je fais le matin au réveil : étirements, brossage de la langue, un grand verre d’eau filtrée,  une eau citronnée avec eau tiède,  mon complément alimentaire à base de phyco-spiruline , méditation entre 3 à 7 minutes guidée ou non, enchaînement physique qui comprend des étirements et du gainage,  gym des yeux, écriture sur mon carnet de gratitude.  Cela me prend une heure.
Ce que je retiens c’est que la vie nous offre des ressources inestimables pour améliorer notre vie au quotidien.  C’est pour cela qu’il faut toujours avoir l’esprit ouvert, être conscient afin d’en bénéficier, de les expérimenter et de se les approprier en fonction de ce qui nous correspond.
Je vous invite vivement à vous lancer dans ces expérimentations qui même si vous sentez que tout va bien dans votre vie vous permettront de garder constamment un niveau de satisfaction optimale.
Je me sens pleinement vivante et en route vers mes objectifs les plus chers.
Et vous que faites vous le matin ?

A la découverte des Poke

J’ai découvert au cours de mon séjour aux Etats Unis en avril 2018, un concept fort délicieux et original. Pour ceux qui voyagent vous connaissez peut-être déjà. Pour les curieux et novices, comme moi, une belle surprise à la clé de ce restaurant « rapide ». Et oui la restauration rapide n’est pas que synonyme de JAUNE, de gras, de malbouffe. Frites, burger, pâtes, huile de friture, pièces de viande dont le goût de viande a disparu, panées ou devrais-je dire enrobées dans un délicieux mélange et sauce variées non identifiables car chargée en sucre (dextrose et ses dérivés).

Attention, il s’agit d’éléments nutritifs sérieux. Au fur et à mesure des années j’ai délaissé la nourriture plaisir 100% pour de la nourriture saine et nutritive à 80%. Ce qui n’enlève pas la notion de plaisir. Elle se situe à un autre niveau, si l’on considère la définition classique du plaisir. Le plaisir est souvent associé à des aliments transformés gras, sucrés, salés. Cependant on peut changer la donne, et définir un nouveau plaisir. Je choisis le plaisir SAIN. Celui qui me permet de ne pas avoir des maux de ventre pendant que je digère et qui ne m’alourdit pas et ne me donne pas le coup de barre.

 

Qu’est qu’un POKE? C’est un concept venu d’Hawaïï. Au Japon et aux Etats-Unis, l’engouement est assez fort dans le domaine. Il propose une nourriture saine « healthy food » à base de riz (brun, façon sushi,noodle), du poisson (thon, saumon, crevette, lieu ou autre variété selon les régions), des légumes, des fruits, des fruits à coque.

Dans le restaurant où je me suis rendue, tenus par des japonnais, ils servent certains légumes avec une cuillère à glace, les aliments sont présentés en boule. Le rapport qualité prix est très correct, 12,95 dollars, la portion sur la photo est une portion adulte. Je suis gourmande et je peux vous garantir que vous êtes rassasié.e à la dernière bouchée.

Sur la photo il y a du riz blanc, du poisson : saumon, thon, crevettes, concombres, avocat, oignons frits, edamame (l’équivalent de fèves)

Rappel santé : les poissons gras tels le saumon et le thon sont chargés en métaux lourds, n’en abusez pas. Les crevettes d’élevage comportent aussi quelques antibiotiques peut recommandables. Et ne vous découragez pas, on peut manger de bonnes choses, il faut juste varier les plaisirs pour ne pas accumuler les toxines!

Si vous avez l’occasion je vous recommande de tester cette nouvelle « healthy food » votre palais en sera ravi ».

La condition pour apprécier : aimer les produits de la mer, être curieux, être prêt à découvrir de nouvelles saveurs, aimer le riz, aimer déguster !

Je remercie Aurélie S pour ces magnifiques photos, ma reporter sur place !

 

 

 

Nos enfants sont-ils des poubelles ?

pexels-photo-128421.jpeg

J’ai la chance d’avoir un travail qui me permet de poser des congés de manière assez souple. Je pars aux Etats-Unis pour aller voir la famille. Un vol de 10h45 nous attend. C’est avec joie que ma fille découvre son plateau repas. Je rappelle que ma fille est âgée de 2 ans et 10 mois.

20180420_182033.jpg

Avez-vous remarqué ?

Ci-dessous le plateau repas adulte

20180420_182123.jpg

Pourquoi les enfants ont ils droit à des produits qui contiennent du sucre et très peu de nutriments? Nos enfants sont-ils des poubelles à sucre? En voyant le plateau repas je le confirme.

Du jus meme bio, c’est sucré, alors que le plateau repas adulte n’en contenait pas.

Un donut pour le dessert : idem pour les adultes une patisserie type clafoutis. Cependant un donut est plus chargé car plus gras, cherchez l’erreur !!!

Le plat chaud : purée de pomme de terre + ketchup (sucre en premier ingrédient avant même la première tomate) + poisson pané (friture et pour la panure c’est de la farine blanche et des oeufs). Cela dit elle a adoré!

Du pain viennois : il  y a du sucre et du lait. dans le plateau adulte, du pain blanc

Un kinder country, un yaourt à boire au sucre, une vache qui rit: quel est l’intérêt nutritionnel de ces aliments ? AUCUN. Alors que dans le plateau repas adulte nous avions un fromage plus élaboré : du brie et des pommes en quartier.

Pour ma part je ne lui ai pas donné les biscuits sucrés, je lui ai donné mes pommes en quartiers.

Ce que je note c’est que l’on a la chance de pouvoir manger à bord d’un appareil qui nous fait voyager à plus de 10000 pieds au-dessus du sol. Je suis reconnaissante et émerveillée de cette prouesse et de pouvoir en profiter.

En revanche, je constate le pouvoir nocif des produits industriels « séduction » qui prennent le pas sur des aliments plus simples données aux adultes et non aux enfants. Je tiens donc à vous amener à être vigilent.e à ce que vos enfants ingèrent, c’est notre rôle de leur proposer de la qualité et la découverte de vraies saveurs. Le sucre ajouté, transformé, n’est pas primordial dans l’éducation au goût. Si c’est occasionnel il n’y a aucune conséquence, cependant si c’est routinier bonjour les dégâts.

 

Et si je n’étais pas un bon parent ?

Vous allez bientôt être parent (maman ou papa) ou vous souhaitez avoir un enfant et vous doutez.

baby-boy-child-cuddle-40975.jpeg

Qui n’a jamais douté une fois dans sa vie, à propos des grandes décisions? Qui n’a pas remis en question ses réelles capacités et trésors intérieurs pour les réduite à néant ?

Et oui l’esprit humain est parfois tordu, il nous mène dans des réflexions poussées qui nous torturent ou nous tétanisent. J’ai été confronté aux doutes au moment de ce projet de parentalité, même encore aujourd’hui alors que ma fille grandit, cela m’arrive de douter.

Un seul mot d’ordre pour enrayer la machine infernale : faire fuir le doute. Il existe d’innombrables techniques. Vous pensez que c’est plus facile à dire qu’à faire. Avec un peu d’entrainement je confirme que ça fonctionne, le doute s’enfuit.

Vous pensez vous connaitre tellement bien que vous avez le droit de pratiquer l’autoflagellation ? Je dis STOP. Halte au sabotage!!!

Votre projet de vie : avoir un enfant est un très beau rêve à accomplir. Donner la vie à un être, l’aimer, le chérir, l’accompagner, l’encourager.

Soyez reconnaissant pour ce que vous êtes car vous avez suffisamment de ressources et de valeurs à transmettre à votre enfant. Les techniques dont je fais allusion peuvent être de plusieurs ordres, le développement personnel, l’une d’entre elles, contribue à mieux vous connaitre afin de mieux transmettre à votre enfant.

pexels-photo-424517.jpeg

« Traduction pour les non bilingues : I am Grateful – Je suis reconnaissant.e »

Gardez à l’esprit au cas où vous doutez que la meilleure attitude pour votre enfant reste la bienveillance, l’amour et la confiance que vous avez envers vous même et que vous pouvez lui transmettre. Vous devez absolument (et là c’est un ordre) CROIRE en vous et maintenir une attitude constructive face à l’adversité. Bien sûr parfois vous perdrez votre sang-froid où vous serez fatigué.e ( normal nous ne sommes pas des machines!). A ces moments, quand les émotions retombent, observez et prenez du recul. Mais de grâce, ne vous jugez pas si durement !

Je vous conseille une lecture qui m’a beaucoup aidé dans mon parcours de vie. j’ai découvert ce livre en étant parent, il m’a aussi aidé en tant que femme, pas uniquement en tant que mère. « Les accords toltèques de Don Miguel Ruiz ». Ayez la curiosité si vous ne le connaissez pas encore de découvrir cet ouvrage réellement magique et révélateur. Si vous le connaissez déjà, sa relecture ne pourra que vous vivifiez de l’intérieur et vous faire avancer avec plus de clairvoyance et de sérénité.

N’oubliez pas ne laissez pas le doute vous bloquer.

 

La règle d’or : l’adaptation

Vous l’aurez compris je suis adepte d’une alimentation saine et équilibrée qui correspond au bien-être de mon corps. Il se situe à un niveau différent pour chacun de nous. Le tout est d’apprendre à s’écouter.

Si vous avez lu mon article sur le petit déjeuner « ENVIE DE CHANGEMENT : ET SI ON COMMENÇAIT PAR LE PETIT DÉJEUNER  » vous aurez compris que mon petit déj change de celui que la plupart des gens ont l’habitude de prendre, jus d’orange, boissons au lait et tartine de pain beurre – confiture.

J’ai vécu une expérience qui m’a demandé de m’adapter. Lorsque vous êtes en période de transition il est toujours difficile ou inconfortable de subir des perturbations. Vous vous dites mais comment vais-je faire si je me rends chez des amis, si je vais à l’extérieur ? Il y a quelques années, j’aurai eu ce genre de comportement : la peur, l’inquiétude, les interrogations. Au fur et à mesure en ayant changé d’alimentation et en ayant pris confiance en moi, je m’adapte. Je prends ce qui se rapproche le plus de ce qui n’est pas nocif. Je vais vous partager le cas pratique que j’ai vécu en me déplacant trois jours pour une formation dans le pays breton.

Le petit déjeuner servi : pain blanc (sauvé il était bio!), du café, du lait (aucune précision sur la provenance), de l’eau chaude, des yaourts nature au lait de vache, des sucres blancs sur la table, du beurre demi-sel (attention on est en Bretagne!), du miel (non bio), de la confiture (ingrédients : sucre, acide citrique et à l’occasion un peu de fruits moins de 30%), la pâte à tartiner célébrissime, des fruits et de la salade de fruits, du muesli (pas de précision sur bio ou non bio).

Alors comment ai-je procédé? Comme le dirait Thierry Vavasseur j’avais une « situation  temporaire à résoudre ». J’avais faim donc je n’ai pas souhaité me priver d’un petit déjeuner. Je me suis adaptée.

J’ai choisi les fruits (qu’ils soient bio ou pas n’étaient pas un frein je n’étais présente que pour trois jours), le but étant de faire le plein de vitamines. J’ai choisi le miel, le yaourt et le muesli ( flocons d’avoine, fruits secs). Etant une grande gourmande j’ai opté pour le pain blanc et du beurre. Habituellement je ne mange plus de pain blanc ni de produits à base lait de vache. J’avais également apporté mon thermos ou j’ai pu mettre de l’eau chaude et mes infusions bio. Je ne bois pas n’importe quel thé certains produits chimiques sont appliqués pour le traitement des sachets. Le mieux reste le thé en vrac lorsque l’on est à domicile.

J’ai éliminé de ce petit déjeuner tous les produits sucrés tansformés. En étant très sérieuse le pain n’aurait pas dû faire partie du schéma.

Si vous aussi vous voulez changer d’alimentation voyez que rien ne représente un obstacle,on peut toujours s’adapter.

Trouver le chemin : où est mon chariot ?

En 10 ans, ma manière de faire les courses s’est complètement transformée. Je prône une consommation responsable dans le cadre de l’alimentation. L’idéal pour maintenir notre environnement et notre santé au meilleur de sa forme par notre action de Colibri  (une petite goutte d’eau + une petite goutte d’eau…) est le choix de consommation alimentaire.

Le fait de privilégier le marché, les producteurs locaux, le système de coopérative, d’épicerie solidaire, les épiceries coopératives, les regroupements de producteurs permet non seulement un soutien à l’économie locale et la valorisation des ressources de proximité. Pour ma part, je suis passée à une alimentation biologique.

Parfois certains ont le sentiment que pour manger, il n’est pas utile de réfléchir. J’ai faim un point c’est tout! Attention les amis, il est d’une évidence capitale de s’interroger sur cet aspect. Ce que je mets dans mon corps n’est pas sans conséquence et l’endroit où je l’achète a des impacts sérieux sur l’environnement. Je ne cherche pas à vous culpabiliser en écrivant ces lignes, je souhaite de votre part une prise de conscience en tant que consommateur. Où en êtes-vous ???

pexels-photo-264529.jpeg

Je vais vous livrer des conseils pour préparer la transition si vous êtes un inconditionnel du TOUT SUPERMARCHÉ. Pas de pression il faut toujours y aller doucement pour ancrer une habitude nouvelle et explorer !

pexels-photo-811108.jpeg

Les avantages :

  • Tout se trouve sur place
  • Le coût est moindre sur certains produits (surtout industriels!)
  • L’amplitude horaire est large
  • Le choix est multiple (on fait le tour du monde!)

Les inconvénients:

  • Des produits à foison qui garantissent le gaspillage alimentaire
  • Des fruits et légumes qui ne sont pas toujours de saison
  • Des produits de séduction et qui tentent au détour des rayons
  • Des vraies/fausses promotions
  • Du sucre, du sucre, du sucre et beaucoup de sucre même dans les rayons salés…
  • Des produits industriels qui favorisent les maladies chroniques et qui perturbent le système immunitaire

Vous ne prendrez aucun risque si vous vous cantonnez à acheter les produits non alimentaires en grande surface.

CONSOMMER AUTREMENT, si je débute:

  • je privilégie les produits locaux et de saison, certaines enseignes affichent clairement les partenariats avec des producteurs locaux et des chartes d’engagement du respect des tarifs et des productions
  • J’apprends à lire les étiquettes, c’est à dire tout ce qui est transformé je ne prends pas
  • j’achète ce dont j’ai besoin, je m’organise et crée une liste
  • je prépare des menus à l’avance pour avoir la quantité exacte (il m’arrive doubler parfois les recettes pour congeler et avoir des plats tout prêt d’avance)
  • je fais les courses le ventre plein ainsi pas de tentation

 

N’hésitez pas à partager vos habitudes de consommation et les intérêts que vous y trouvez. Souhaitez vous apporter des modifications à vos modes de consommation alimentaire ? Partagez-les !

LES INJONCTIONS

pexels-photo-783941.jpegEn discutant autour de moi avec des collègues et des amis au sujet d’articles de presse sur l’alimentation et la santé qui titrent « Faites-ci, faites ça, pour vous sentir mieux! », le ressenti est souvent négatif. Le premier sentiment est celui de l’injonction qui nous dicte le mode de vie que l’on devrait adopter.

Si ces titres vous bouleversent, c’est à dire créent une réaction en vous reliée à l’agacement ou la colère, interrogez-vous. C’est l’occasion de se demander pourquoi je ressens cet agacement ? A quel point puis-je me sentir concerné par cette remarque?

 

pexels-photo-905947.jpeg

Percevez-vous quelque part au fond de vous que des habitudes acquises mériteraient d’être modifiées ou améliorées? En creusant la question vous vous dites et pourquoi ne pas tester une nouvelle façon de procéder. Une nouvelle façon de s’alimenter, ou comment pourrai-je apporter à ma santé le meilleur?

La question mène à le réflexion. Vous êtes peut-être enclin à l’ouverture, sur la voie du changement. Il est toujours essentiel de se réinterroger sur soi, sur ses pratiques et ce afin d’évoluer et d’avancer dans la vie. Vous ne vous porterez que mieux.

Alors ne prenez pas la mouche et documentez-vous! Pour aller plus loin plusieurs choix sont à votre disposition. Vous pouvez vous dirigez vers votre médecin généraliste et ou le pédiatre si c’est pour votre enfant. Il existe aussi les médecines alternatives, des naturopathes, des coachs en nutrition, des diététiciennes, des lectures à des revues santé.books-bookstore-book-reading-159711.jpeg

Je publierai plus tard des articles sur le sujet de l’alimentation avec des conseils et astuces selon mon expérience.

Et si je m’évadais ?

pexels-photo-570041.jpeg

Dans la continuité des articles de réflexions sur la grossesse, je vous propose aujourd’hui de s’attarder sur le besoin d’évasion.

J’ai ouï dire que l’herbe était plus verte ailleurs, que le pâturage serait de meilleur qualité. A cette affirmation, la réponse est : tout est question de perception.

Votre graine pousse et vous fait vivre des instants d’émotions intense, de découverte, de joie, d’extase. Elle peut être aussi source d’angoisse, de perturbations ou d’inconfort. Souvent lorsque l’on ne se sent plus à l’aise à l’endroit où l’on se trouve, le fait de changer d’air peut nous permettre d’y voir plus clair. Si je ne me sens pas bien à l’endroit où je me trouve, ai-je la possibilité de me sentir bien ailleurs? D’où la référence à « l’herbe est plus verte ailleurs ».

L’une des solutions possibles est de partir, afin de se ressourcer seule, en couple ou entre amies. Tout dépendra de votre besoin à cet instant précis. Vous changez de lieu, vous vous videz l’esprit, vous vous lancez dans des activités dans lesquelles vous êtes à l’aise et différentes de celles que vous avez l’habitude de faire. Vous pouvez aussi continuer à préparer l’arrivée de bébé et décider de changer de cadre.
Le minimum pour une bonne coupure est l’évasion d’une journée. Pour les plus gourmandes cette envie d’ailleurs peut se faire sur une durée plus longue. Cela dépendra de votre budget et de ce que vous souhaiterez faire.
Des idées simples : une journée de soins rien que pour vous, une journée nature ;la forêt a des vertus revigorantes et dynamisantes, (selon la météo, pensez à la casquette s’il fait beau pour éviter le masque de grossesse!), une journée avec une amie de confiance, une journée en amoureux loin de chez vous, une journée à flâner sans but, une journée atelier créatifs et j’en passe…
Ce temps dédié mettra le reste de vos préoccupations en suspens et lorsque vous reviendrez toute revigorée, requinquée, chouchoutée, votre herbe sera plus verte qu’au départ. Ce ne sera pas celle d’ailleurs, ce sera la votre qui aura été enrichie.
Vous pourrez ainsi reprendre votre rythme et repartir de plus belle.

pexels-photo-259363.jpeg

ENVIE DE CHANGEMENT : ET SI ON COMMENÇAIT PAR LE PETIT DÉJEUNER

food-plate-morning-breakfast (1)

Je vous partage mon expérience concernant le petit déjeuner. Peut-être que ça vous donnera des idées.
J’ai souvent entendu dire qu’il fallait petit-déjeuner comme un roi, déjeuner comme un prince et dîner comme un pauvre. J’ai longtemps assimilé ceci à la quantité que devait contenir mes repas. Or le plus important est bien la qualité de ces repas, ainsi que les nutriments et les vitamines des aliments choisis.

Pendant quelques années les boulangeries ont été ravies de m’avoir comme cliente. Régulièrement le week-end c’était brioche ou viennoiseries party au petit-déj et du pain tous les matins. De préférence la baguette blanche, farine raffinée qu’ils appellent « baguette tradition ». Belle appellation pour meurtrir vos organes à petit feu! Il y avait aussi le bonus 3 achetées une offerte. C’est très inscrit dans la culture française le croissant, prenez-en c’est tellement succulent. A haute dose et très régulièrement je confirme les risques multiples pour votre organisme. La surprise cachée étant les graisses saturées et souvent la farine traitée,ultra raffinée contenant des pesticides.

Historique des mes petits déj :
– enfance : biscottes de blé beurre et confiture,chocolat chaud au lait de vache
– ado : céréales (celles à base de maïs, blé, sucre, chocolat, miel, caramel, toute la panoplie), lait, pain beurre
– étudiante : céréales (les chocolatées pour enfant et celles avec la belle silhouette sur le paquet), de temps en temps des fruits, brioche industrielle, pâte à tartiner industrielle qui a pignon sur rue (je ne citerai pas de nom, pas de pub aux marques qui nuisent à notre santé), confiture, pain beurre
– adulte : au départ pain beurre confiture, fromage
– Aujourd’hui : galette de blé noir maison ou achetées, cakes maison, gaufres maison pauvre en sucre avec ou sans gluten, pain bagnat sans gluten maison, oléagineux en purée bio, fruits frais, jus à l’extracteur, poisson en conserves : foie de morue, sardines, tofu, compotes maison, riz au lait(avec de la boisson végétale, teneur réduite en sucre), riz complet ou semi-complet, oeufs brouillés (cuisinés avec amour par mon chéri), oeufs au plat, oeufs à la coque (les oeufs proviennent de fermes locales et bio), boisson végétale, boisson chaude (infusions) et compléments alimentaires à base de spiruline et phycocianine.
Je vous rassure, il ne s’agit pas de tous les ingrédients en même temps.

Vous noterez le passage d’aliments sucrés et industriels à des aliments frais et/ou maison à forte valeur nutritive.

Comment suis-je passée à un petit-déjeuner que je qualifierai de « bénéfique pour mon organisme et mon esprit »? J’ai fais plusieurs essais, des recherches, des lectures, des programmes sur internet avec des nutritionnistes, des abonnements à des magasines de santé, des blogs de recettes. Et j’ai adapté pour moi et ma famille ce qui nous convenait le mieux. Chacun peut trouver sa formule.

Si vous ne mangez pas le matin et que vous optez pour un en-cas avec un réel apport nutritionnel, exit les casse-croûte « old fashioned name » ou autres friandises contenant 80% de sucre. Oubliez les biscuits »petit-déj », il n’y a que du sucre dedans.

Observez ce que votre petit-déjeuner vous procure comme sensation.
Est-ce que j’ai faim deux heures après ? Ai-je du mal à me concentrer en milieu de matinée? Ai-je le pic de glycémie (c’est à dire un coup de barre avec une forte envie de sucre)? Ai-je un transit sain (oui parlons-en les intestins sont le deuxième cerveau donc portez votre attention sur votre transit.)

Peut-être est-il temps de changer? Tester! De multiples possibilités existent en dehors du rayon « petit déjeuner du super marché ». Laisser aller votre créativité. Allez je vous aide un peu : des fruits, des aliments salés (je ne parle pas de jambon blanc avec du cellophane et son meilleur ami, le nitrate… même pour les bio!), du cake salé, des galettes, des gaufres, des féculents complet et semi-complet.
Oser changer de petit-déjeuner et abolir le sucre est une étape qui ne se fait pas en un jour, j’ai mis plusieurs années, ne vous découragez pas. Pensez à votre santé, votre corps, vous le rendra, soyez en sûr,e!

Ici je parle de petit déjeuner quotidien donc si vous avez envie de succomber à la tentation de la viennoiserie et confiture (parce que vous partez en vacances, ou que vous êtes invités, ne vous culpabilisez pas).

Mes différentes transitions de petit déjeuner m’ont valu des interrogations de la part de mon entourage. Il est évident que le matraquage et les enseignements passés à base du « jus de fruits, boisson chaude et produits laitiers et pain ou céréales » ont la dent dure et manque de précisions. Manger différemment n’est pas une pratique aisée au départ. Casser les habitudes demande un effort et une volonté forte. J’ai eu du mal à me dire qu’il fallait que j’arrête d’acheter la fameuse brioche du matin et le pain et le beurre et la confiture quand j’ai des invités, pour leur faire découvrir « un autre petit-déj ». Souvent les gens sont surpris de ne pas trouver chez vous du sucre, du sucre, du sucre, du sucre, de la brioche, du pain blanc et de la confiture. Vous seriez surpris de découvrir les saveurs subtiles qui existent en dehors du sacro-sain petit déj classique à la française.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires, quel est votre peti-déj? Avez-vous déjà songé à changer ou pas du tout? Savez-vous où se trouve le sucre dans votre petit-déj?