Grossesse, préparation complète

Les surprises, la spontanéité sont des parties qui mettent du piment dans la vie et c’est essentiel. Pour les grands projets une préparation est cependant utile. J’ai la chance d’être maman deux fois et j’ai pu vivre deux grossesses. Le message que j’aimerai diffuser aujourd’hui est l’importance de la prévention et de la préparation pour les futures femmes enceintes.

Photo from pexels

Porter la vie est une grande reponsabilité et il n’est pas utile de s’y pencher uniquement dès le test de grossesse mais bien dès l’envie de concevoir.

Beaucoup d’aspects seront à considérer pour préparer cette belle aventure. Enfin je vous la souhaite telle qu’elle, ce n’est pas le cas pour tout le monde.
La préparation se fait pour le corps dans le cadre d’un suivi médical. Ça c’est la version classique. On peut choisir d’aller plus loin.

Dans quel état se trouve mon corps pour accueillir la vie ? L’ai-je suffisament choyé pour lui permettre d’accueillir une maternité ?
Dans quel état se trouve mon esprit ? Suis-je triste, me sens-je déprimée, n’ai-je plus confiance en la vie, en moi même, aux autres ? Dans quel état est ma relation avec moi même, avec mon conjoint, avec ma famille ?

Quelle vie souhaité-je pour mon enfant, qu’ai je envie de lui transmettre ?
Avoir le soutien des proches est un réel atout. Non seulement pour des conseils lorsque vous aurez des besoins et également pour une aide plus logistique quand vous aurez atteint vos limites de mobilité !!!!
La maternité c’est aussi pour les primipares tout un nouvel univers à explorer. Etre curieux bienveillant, tourné vers l’autre et l’envie de construire sont les clés d’une maternité épanouie.

Photo from pexels


La prévention englobe tous les éléments qui se rapportent à votre essence, à votre nature, je conseillerai même de se lancer dans la méditation ou des pratiques qui permettent de se reconnecter avec soi même pour certains ce sera le sport (différentes pratiques la course, la natation, le taï chi, le yoga, la danse, le pilates…) pour d’autres ce sera la méditation, la cohérence cardiaque.

Prendre le temps d’être avec soi même est fondamental. Parfois il est plus facile de fuir la solitude que de s’y confronter frontalement.

Oui j’insiste donner la vie mérite toute notre attention et cela commence dès l’idée de votre projet. Un terrain avec de meilleures fondations ne fait pas s’effondrer l’édifice !

Photo from pexels

#grossesse #goodmood #prevention #connexionasoi #meditation

Sacro sein !

Le sein est l’objet de toutes les convoitises. Dans notre culture il a été enseigné qu’une femme respectable devait cacher ses tétons et porter un soutien gorge dès l’apparition d’une poitrine même petite. On ne saurait tolérer l’apparition proéminente de cette pointe qu’on n’oserait désigner.

Pexels tubarones photography


Quand on est adolescent, on les cache car cela peut être provocant, peut s’ajouter à cela le facteur manque de confiance en son corps. Pour certaines femmes, la poitrine fait l’objet de jugement permanent, à leur propre égard. On ne les trouve jamais assez gros et on les affuble d’instruments de torture de tout genre pour lez rendre pulpeux les rendre volumineux, se donner de la consistance ou prestance. On peut user de chirurgie pour  se délester ou au contraire se façonner une silhouette que l’on souhaite plus avantageuse.
Nous passons par différentes phases selon notre état d’esprit, notre âge, nos envies, nos rencontres.

Crédit photo Stéphane geoarmonie

Pour ma part, je vais vous partager mon expérience avec mes seins. Oui parlons ouvertement des attributs féminins.
J’ai complexé d’avoir des petits seins à la post adolescence. Ma pensée était la suivante « mes copines ont des petits amis parce qu’elle ont des plus gros seins que moi ». Ah comparaison quand tu nous tiens! Ajoutons une bonne dose de manque de confiance en soi. On secoue l’ensemble et cela fait une excellente recette du je n’aime pas qui je suis !
Oui l’esprit humain est torturé. Vous connaissez le concept du: l’herbe est toujours plus verte ailleurs !
Donc quand on n’aime pas son corps ou que l’on rejette le moindre défaut c’est contre productif n’est ce pas?!
J’achetais des Wonderbra ou les soutiens avec une coque, les fameux push up, pour avoir les vêtements qui tombent bien sur mon torse et pour que ça fasse beau sinon quand c’est plat c’est moche et ça ne fait pas de moi une femme. C’est le genre de pensées que j’entretenais à l’époque. Voici le type de conclusion que je pouvais tirer !

Je pratiquais beaucoup l’athlétisme à une période de ma vie.  J’étais très musclée et on me faisait beaucoup la remarque. Idem le manque de confiance en soi fait focaliser sur les détails qui nous paraissent négatifs et nous n’arrivons pas à apprécier ce que notre corps reflète vraiment. Je recherchais une validation extérieure.

Andrea Piacquadio pexels


Par la suite le grand changement est intervenu au moment de la maternité. Au début le corps se modifie avec la montée de lait. Au delà d’un organe de beauté du corps féminin, il se transforme en organe d’alimentation et aussi s’inscrit comme lien d’intimité et complicité avec son bébé. J’ai adoré ce temps de l’allaitement.
C’est après que les transformations d’état d’esprit ont eu lieu. Le processus s’est enclenché. Acceptation du corps et de toutes ses parties qui évoluent avec le temps et les choix de vie. Mes seins étaient encore plus petits qu’avant et alors. J’ai commencé à les aimer. Plus de soutiens gorge. Instruments de torture à mon sens, corroboré par des lectures sur le sujet. La lymphe est comprimée, (voir à fin de l’article), un autre article résume tout cela aussi sur les bienfaits.  (Voir à la fin de l’article)
Pour la deuxième grossesse j’ai porté des soutiens gorges uniquement au moment de l’allaitement après l’accouchement car souvent il y a des fuites de lait ! J’en ai porté seulement deux mois et demi et j’ai arrêté. Je n’y tenais plus. Mes seins réclamaient leur liberté.

Je fais des exercices de tonification pour que ma poitrine se tienne. Je vous invite à les faire même si vous portez des soutiens. Cela permettra d’activer des muscles endormis.

Et vous où en êtes vous avec votre poitrine? Lui donnez vous l’amour dont elle a besoin ?
#aimersoncorps #amourdesoi #seins #jaimemespetitsseins #freeboobs

https://www.alternativesante.fr/cancer/soutien-gorge-et-cancer-du-sein-retour-sur-une-polemique

https://www.comment-economiser.fr/8-bienfaits-sante-de-ne-plus-porter-de-soutien-gorge.html

Recette : salade de printemps verte et blanche aux pois

Une belle salade de printemps douce pour les papilles et tellement fortifiante avec ses fibres et ses Omega 3.


Elle était tellement délicieuse que je n’ai pas eu le temps de faire une photo


Poireaux bio vapeur + pois chiches bio en conserve (en verre) + asperges blanches bio vapeur + œuf mollet
Sauce pour accompagner : jus de citron bio + crème de riz + huile de noix et de colza + ail une gousse + poivre

S’émerveiller, profiter



S’émerveiller, c’est une des clés essentielles qui permet de sortir de l’angoisse, de la peur ou de ce qui nous déplaît.
La première rose du jardin vient d’éclore il y a quelques jours. Que de beauté à explorer, à dévorer des yeux, à contempler, à gratifier. J’ai ressenti un plaisir intense mes yeux se sont fixés, je me suis approchée et j’en ai profité pour la sentir et la toucher. Un fait qui pourrait paraître si anodin, d’une simplicité qui permet pour quelque temps d’oublier les désagréments.
Si vous avez un jardin ou des plantations, ou que vous avez l’occasion de vous promener au cœur d’une végétation fournie et variée, posez votre regard l’espace d’un instant. Peut-être le faites vous déjà et vous êtes en émoi.

Une amie m’a demandé de lui envoyer la photo, quand je lui ai indiqué qu’une des premières roses venaient d’éclore. « Elle aime la beauté de la nature ». Ces mots ont résonné en moi. Tant de personnes apprécient comme mon amie, alors continuons à cultiver ceci, la nature nous offre tant de richesses. J’ai ainsi décidé de partager à un plus grand nombre ces quelques lignes pour rappeler de choyer notre nature et de poursuivre cet émerveillement. La nature nous porte, elle avance avec ou sans nous. Je préfère qu’elle soit notre alliée.
Toute cette beauté est partout autour de nous. Que vous ayez ou non un jardin, je vous invite à prendre le temps de contempler en s’arrêtant quelques instants sur des fleurs ou un arbre. Vous ressentirez des émotions certainement positives, alors laissez vous portez et respirez. Sans vous en rendre compte vous aurez médité et aurez pris un shoot de bien être. La nature offre gratuitement des plaisirs immédiats. Pourquoi s’en priver?

#nature #lanatureestuncadeau #goodmood #gratitude #respirer

Le Printemps est à nos portes : Tarte brocolis, navet

Inspiration du soir j’adore les brocolis alors toutes les raisons sont bonnes pour le cuisiner à l’envie. C’est un légume de saison fin hiver début de printemps.🥦🥦

Pour la pâte je fais la pâte brisée issue du livre de Lyse Petitjean « yummix » à base d’amande.
Vous pouvez faire toute autre pâte brisée mais celle ci est de loin la meilleure et healthy avec l’apport des oméga 3 et magnésium.

J’ai choisi de faire une tarte en ne cuisant pas les légumes au préalable pour éviter d’altérer leurs minéraux avec deux modes de cuisson à suivre (vapeur et four, pour le coup, il n’y a que la cuisson au four!). Le gout est ainsi surprenant, à chacun de redécouvrir différents modes de cuisson et le croustillant des légumes.

Ingrédients :
1 brocolis grand ou 2 petits
4 petits navets
2 échalotes
200 ml boisson végétale
200 ml crème végétale amande ou coco (le coco se marie très bien avec les brocolis)
Œuf
Poivre
Graines de pavot ou sesame

Laver, éplucher les légumes
Le pied du brocolis se mange aussi, éplucher le, cette partie est tellement tendre.
Mixer
Appareil : Mélanger un œuf + 300 ml de lait + crème amande ou coco + herbes aromatiques au choix + poivre et/ ou moutarde bio sans sulfites
Étaler la pâte mettre les échalotes émincées crues sur le fond de pâte
Astuce mettre du papier cuisson ou une feuille de cuisson réutilisable étaler la pâte (privilégier moulé à tarte en faïence en verre)
Étaler les légumes mixés, la garniture est assez épaisse.
Verser l’appareil, planter une spatule pour que l’appareil se mélange avec la garniture.
Enfournez 35 à 180° et 10 minutes à 165°
Savourez

Laissez vos commentaires

Ecran total !

Hé non, je ne vais pas vous parler de crème solaire ! Ce n’est pas la saison, là où je réside. Je vais parler de l’écran de télévision. Un polluant insidieux si l’on n’est pas conscient et qui prend trop de place dans nos vies.

Pendant toute cette période de grossesse où j’ai pu avoir du temps à ma disposition j’ai vraiment apprécié cette pratique de profiter à bon escient.
Ma télé est éteinte, je paye une redevance et je ne l’allume jamais (depuis les 1 an de ma fille 2015) je ne connais plus la teneur des programmes, ni la qualité des animateurs présents dans le paf, ni ces musiques de génériques qui pour certaines restent cultes, ni ces magnifiques publicités colorées qui pourraient m’aider et me guider profondément dans mes achats, ni ce « jt » qui me donnerait tant d’espoir en l’humanité !

Le déclic a été cette passivité constatée, la découverte d’auteurs et mentors inspirants. Devant un écran nous sommes comme les oies que l’on gave pour leur foie gras. Nous sommes hypnotisés et inconscients de tout ce qui entre dans notre tête et cela reste encré pour des siècles avec des effets délétères. (si tant est que l’on vive plus d’un siècle, ça peut arriver toutefois).

J’ai eu envie de retrouver mon libre arbitre. Après toutes ces années où je l’ai regardé avec plaisir où je me suis délectée de programmes divertissants, de séries, de films, sans comprendre à quel point elle avait pu avoir un impact négatif, je l’ai remisée à sa juste place. Elle sert d’écran de projection pour des documentaires et films choisis par moi même.

J’ai choisi de mettre à profit ce temps pour moi, je lis, je me forme, je me documente sur les sujets qui me passionnent et vers lesquels je souhaite m’orienter professionnellement, je soigne mon corps, je cuisine, je prends du temps avec les gens que j’aime, je déjeune en bonne compagnie, je profite de ma famille. J’éprouve aussi de la fatigue et je m’accorde la sieste.

Ce moment que l’on appelle « parenthèse » avec la grossesse est réellement une période particulière. On peut se construire une vraie bulle de bien-être. Appropriez vous ces instants quand vous le pouvez et savourez les. La grossesse est une période où la femme enceinte doit s’entourer de vibrations fortes et positives pour construire cette vie en elle au mieux et apporter l’amour nécessaire à cet être tant attendu. C’est vraiment la magie qui opère malgré parfois certains désagréments.

Et vous, avez-vous conscience de la place qu’occupe votre télévision dans votre vie?

Se lancer, s’élancer, s’enlacer, se balancer. Et si votre sensualité libérait votre poésie corporelle. J’ai nommé le Pole Dance.

Une après-midi où la féminité était a l’honneur. Flashback!

bibliothèque de photos gratuites pexels

Tester de nouvelles expériences, mettre son corps dans de nouvelles positions, explorer de nouveaux environnements permet de changer de cadre, de se sentir bien, de se dépasser, de rencontrer de nouvelles personnes.
J’ai participé à un stage de pole dance au pole fit studio. Trois heures où nous étions un groupe de 5 personnes et nous ne nous connaissions pas.
Nous avons suivi les instructions de la bienveillante et charmante professeure Marilyn. Elle sait mettre en avant chacun des élèves, nous encourage et nous laisse libre d’écouter notre corps, nos capacités, nos envies.

Marilyn la prof et moi


L’image du pole dance avec certains films ou certains établissements ont pu faire penser que cette discipline est réservée à une catégorie « sous estimée de la gente féminine ». Oui parlons crûment certains associent pole danse à «filles de petite vertu». Mon compagnon discutait avec une autre personne qui lui a tenu ses propos « Ah oui le pole dance ce sont les filles qui font du streptease! » Schéma raccourci et réducteur. Les étiquettes ont la vie dure! Oui, il faut une case à chaque fois pour rassurer. On range tout bien dedans et tout le monde est content!

Je n’ai rien ressenti de tout cela en faisant cette initiation. J’ai ressenti le fait de pratiquer un sport, de la technique avec un atout en plus : la sensualité. Et oui souvent on confond sensuel avec sexuel. Le corps peut exprimer cela, autorisons nous à exprimer sans vulgarité et sans amalgame. Avec certains clips musicaux, où la femme n’est plus juste un être humain mais une marchandise.

Je remercie Marilyn pour cette initiation qui nous a permis de nous faire du bien :

  • au corps : techniques, étirements, souplesse
  • au cœur : j’aime qui je suis et la propre image que je renvoyais dans le miroir, je suis une femme qui laisse parler sa féminité, pas de jugement de la part de chaque participante et des encouragements pour chacune
  • à l’esprit : je me concentre sur l’instant présent et ce que j’expérimente au travers de cette discipline. Mon esprit est joyeux.

J’avais envie de souligner l’importance de ces cours, instants intenses de bonheur que nous avons la chance de vivre dans la vie et sur lesquels il est important d’avoir une gratitude.

Je vous laisse tester cette discipline ou toute autre nouvelle expérience où votre corps, votre esprit et/ou votre cœur pourra s’exprimer et se sentir bien.

La maîtrise de soi

Il y a quelques jours j’écoutais en livre audio « les 16 lois du succès » de Napoleon Hill. J’en étais rendue au chapitre de la maîtrise de soi. Il expliquait qu’un jour il avait perdu le contrôle et avait insulté l’homme qui faisait l’entretien dans le bâtiment. Il s’en était aussitôt voulu et est retourné sur ses pas pour faire ses excuses. Il expliquait que perdre la maîtrise de soi et se laisser dominer par la colère ne nous rendait pas plus grand mais au contraire vulnérable et misérable.
J’écoutais attentivement ses paroles en acquiesçant et en me disant qu’il n’était pas toujours facile de garder son sang froid et que la méditation aidait en partie à gérer ses émotions.

women s white top and orange floral skirt
Photo de Samuel Silitonga sur Pexels.com

Comme on dit la théorie est une chose et pour intégrer pleinement une leçon, il n’y a rien de tel que la pratique. Sans le vouloir c’est ce qui m’est arrivé. J’ai perdu le contrôle.

Dans le cadre de mon travail étant dans une ambiance très pesante depuis quelques mois et ne me sentant pas soutenue par mon équipe la cocotte minute a explosé. J’ai réagis. Je n’ai pas pris le temps de la respiration avant la réponse. Le cerveau reptilien a bondi. Le bouchon est parti tout seul. Je n’aime pas le champagne mais j’aime cette loi physique qui consiste a pousser le bouchon avec la pression. C’est vraiment une image qui me parle et qui montre toute la puissance du contrôle ou a contrario de la perte de ce dernier.
J’ai donc tenu des propos déplacés à une collègue devant toute l’équipe. Je me suis mis à son niveau en appuyant sur sa souffrance. Ce n’était pas un signe de grandeur d’âme à cet instant pour la manager et pour toute la personne humaine que j’étais. Après analyse, je ne me sens pas coupable, cela ferait de moi une victime, je me sens responsable. Je me suis excusée après cet incident car j’avais perdu le contrôle et les termes étaient vraiment inadaptés.

Ce que j’ai ressenti c’était le sentiment d’avoir pu m’exprimer mais pas de la bonne manière.  Ensuite je me suis dit que je devrais redoubler d’efforts pour regagner la confiance de l’équipe alors que la situation était déjà assez compliquée. Puis après, je me suis dit que si mon attitude est toujours dans le respect, dans la continuité des excuses il n’y a pas de raison pour que je m’apitoie sur mon sort, je dois rester moi même et avancer. Je me sentais totalement chamboulée et j’ai vraiment compris ce que voulait dire perdre le contrôle. Je l’ai ressenti au plus profond de mon être avec cette violence des mots choisis pour percuter ma collègue de plein fouet.

Je dirai que cela est identique avec les enfants. Ils appuient sur le bouton jusqu’à ce que le boulon saute. En général je suis très patiente avec ma fille.

Parfois l’humain est ce qu’il est et ne peut pas être au top à chaque instant, c’est ce qu’il faut savoir accepter. En revanche, la société nous montre bien qu’elle ne l’accepte pas et la majorité des personnes se positionne dans le jugement. « C’est pas bien! T’aurais pas dû » et non « qu’est-ce qui t’a mené à cette situation qu’est ce qui a fait que tu as agi de la sorte ? »
Ce avec quoi j’ai aussi dû avancer c’est le regard porté sur moi par les autres collègues. Elles m’ont forcément jugée dans le sens négatif sans chercher à comprendre pourquoi j’avais agi de cette manière. J’ai tout de suite été catégorisée.  Je sais qui je suis. Une personne bienveillante qui a juste pété un plomb sur une phrase et qui ne doit pas recommencer. Je ne suis pas de celles qui cherchent à avoir raison et à écraser les autres. Le but c’est de progresser ensemble et d’apprendre des points de vue divergents. Plusieurs options sont possibles dans ces cas : se remettre en selle et dépasser les désaccords, quitter le navire car c’est signe qu’il n’y pas plus d’issue pour soi, demander de l’aide car nous ne maintenons plus le cap.

J’apprends de la vie au quotidien et elle me le rend bien, je progresse aussi dans la connaissance de moi même et de mes limites personnelles.

Avez-vous déjà été confronté à une telle situation de perte de contrôle dans le monde du travail, dans votre vie personnelle ? Qu’avez vous appris de cette expérience ?

Le creux de la vague

AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH, voici le cri que j’ai envie de pousser aujourd’hui. J’ai des outils puissants qui me permettent de me sentir bien dans mon quotidien de femme, de mère et de working girl. Cependant depuis quelques jours j’expérimente le creux de la vague.

photography of barrel wave
Photo de Emiliano Arano sur Pexels.com

Je suis partie en week-end avec ma fille à l’autre bout de la France pour un périple de 5h30 à 6h de train. Un voyage sympathique et ludique. Des retrouvailles très chaleureuses et remplies de moments conviviaux et de découverte de la nature avec des amis sincères et authentiques. Cela m’a ressourcé à souhait.

Le côté obscur c’est ma fille qui est tombée malade pendant ce week-end les nuits n’ont pas du tout été réparatrices. Depuis quelques jours elle est fatiguée, nous avons décidé de la réveiller plus tard. La conséquence directe est que nous la déposons en retard à l’école. Je savais que le fait de ne pas respecter la règle de l’horaire allait me remonter aux oreilles. Pas manqué ! Ce matin la maîtresse m’a rappelé à l’ordre. C’est de bonne guerre. Il y a une règle, il faut la respecter. Sauf qu’à cet instant précis je n’ai pas envie d’écouter, je n’ai pas envie de respecter cette règle, ma fille est fatiguée, je suis fatiguée, je ne suis pas dans le « mood », je ne suis pas enchantée à l’idée de la couper dans son rythme.

Bienvenue dans la vie ma chère! dans le système et ses contraintes. Je sens ce creux de la vague où tout m’échappe, je suis en retard pour déposer ma fille, je suis en retard au travail, à mes réunions, à mes rendez-vous. Je me sens tout simplement dépassée. Je suis HUMAINE avec mes failles et mes fragilités. J’expérimente tout simplement mes limites. J’ai du mal à l’accepter dans un premier temps, je voudrai tellement tout faire bien, tout le temps même en hiver quand la luminosité est basse et que le tonus nous quitte peu à peu, même quand je n’ai pas eu le temps de pratiquer mon rituel matinal qui me permet de garder le cap, même quand mes émotions font le tourbillon à l’intérieur de mon être et me perturbent. La phase d’acceptation n’intervient pas à ce moment elle est loin, il y a trop de brouillard dans mon esprit survolté, fatigué, excédé.

Je suis le lapin d’Alice au Pays des Merveilles.Et cette image ne m’enchante pas du tout. Je retrousse mes manches et je regarde ce qui ne va pas. N’étant pas du tout dans l’idée de rester dans cet état je veux me ressaisir pour mon bien être personnel et pour celui de ma famille avant que cela les envahissent.

J’ai trouvé peu à peu, les solutions que je pourrai appliquer. Etre parfois au creux de la vague fait partie de la vie, il y a des hauts et des bas, c’est tout. Nous n’avons rien à gagner à rester dans un mauvais état, la recherche de l’équilibre à tout niveau est primordiale et essentielle pour notre santé, corps, esprit.

J’ai exploré les pistes afin de mettre des solutions en place. Je vais me coucher plus tôt avant 22h30, car je me couchais tard après 23h pour me lever beaucoup trop tôt 5h30. Je ferai systématiquement ma méditation, je ne zapperai plus aucune séance. Je n’en ai pas fait pendant 5 jours et je peux parler d’effets délétères sur mon état d’esprit, une par jour c’est comme boire un verre d’eau c’est vital pour mon être entier donc je n’y échapperai plus. Le plus gros défi sera celui d’être à l’heure. Ceci est l’histoire de ma vie : je suis souvent très souvent trop souvent en retard. Je souhaite changer cela. A suivre dans un prochain article…

Et vous que faites vous quand vous êtes au creux de la vague ?